Covid-19 en France : début des vacances confinées, la vaccination accélère

Covid-19 en France : début des vacances confinées, la vaccination accélère

Alors que les chiffres des réanimations repartent à la hausse, la France entame samedi deux semaines de vacances scolaires confinées. Afin de freiner l’épidémie de Covid-19, il est interdit de se déplacer sans motif impérieux au-delà de 10 kilomètres. La cadence de vaccination, elle, accélère, avec plus de 500 000 injections pour la seule journée de vendredi. La France a entamé, samedi 10 avril, deux semaines de vacances scolaires confinées, sans déplacements entre régions mais avec couvre-feu à 19 h pour tout le monde, dans l’espoir de freiner l’épidémie de Covid-19 pendant que la vaccination, toujours chaotique, accélère.

Pas de départs à la mer ou à la campagne, ou alors seulement au prétexte de déposer un enfant chez des proches : pour la seconde année consécutive, les vacances de printemps ont un goût de confinement, même si les nouvelles mesures permettent de s’aérer plus d’une heure et laissent ouverts les parcs, jardins et plages. Au péage de Virsac, porte d’entrée vers Bordeaux et la côte girondine, les gendarmes ont multiplié les contrôles vendredi soir, mais « globalement les gens qui sont dehors ont des motifs valables », constatait le capitaine Lionel Billette, commandant en second de l’escadron de sécurité routière de la Gironde, à la veille d’un week-end classé vert par Bison Futé.

Le 10 avril 2020, après plus de trois semaines de confinement strict, la France sortait tout juste du pic de 7 000 malades accueillis en réanimation. Un an plus tard, de nombreux secteurs (restauration, culture) sont fermés depuis cinq mois et la situation est redevenue très tendue à l’hôpital, conséquence d’une épidémie hors de contrôle en mars, poussée par le variant anglais, plus contagieux. Vendredi soir, le ministère de la Santé a battu le rappel des troupes, en appelant dans un communiqué « tous les professionnels de santé », étudiants, réserve sanitaire, retraités, médecins libéraux, à renforcer les hôpitaux, en s’inscrivant d’abord sur une plateforme du ministère, Renfort RH Crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *